Le PEINTRE – 10 cm – (Louis DENIS-VALVÉRANE)

17,00 

UGS : 120d Catégories : , ,

Description

Pour représenter le peintre, je me suis inspiré du peintre de ma ville de Manosque, Louis DENIS-VALVÉRANE.
C’est son arrière petit-neveu, Martin Motte, (directeur d’études à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes, professeur en stratégie à l’Ecole de guerre à Paris, spécialiste des questions navales),
qui m’a contacté afin de représenter le visage de son talentueux aïeul, (à noter que c’est lui qui est l’auteur du tableau sur le santon, il a reproduit un des tableaux de son grand oncle, qui représente la colline du Mont d’Or à Manosque, que Jean Giono comparait à un sein de femme).

Voici quelques mots de Martin Motte :

Louis Denis-Valvérane, peintre provençal

Né en 1870 dans une vieille famille manosquine, Louis Denis-Valvérane eut toute sa vie une véritable passion pour Manosque, et plus généralement pour la Provence. Excellent dessinateur depuis son enfance, il apprit la peinture à Paris dans les années 1890, dans l’atelier de Jean-Paul Laurens. À la même époque, il adhéra au Félibrige, mouvement fondé en 1854 par le grand poète Frédéric Mistral pour défendre la langue et la culture provençale ; il devint rapidement un ami du Maître et illustra certaines de ses œuvres. Il fut brièvement chef de gare en Algérie, pays dont la lumière et les coutumes le marquèrent profondément, puis revint à Paris et exposa dès les années 1900 au Salon des Artistes Français, dont il obtint en 1925 la médaille d’argent. Peintre de la Provence, il fut aussi sensible aux paysages de l’île de France et de la Normandie. Il fut également illustrateur de nombreux livres, illustrateur de mode et auteur de bandes dessinées. En 1936, il publia Lou Maianen, livre de souvenirs sur Mistral et le Félibrige ; il s’y affirme comme un maître de la prose provençale. Après l’invasion allemande de 1940, il se réfugia dans sa maison natale et y réalisa sa dernière grande œuvre, la série de dessins aquarellés sur l’histoire de Manosque, aujourd’hui exposée à l’hôtel de ville (elle a fait en 2009 l’objet d’une édition commentée par le Rode Osco Manosco, association culturelle dont Denis-Valvérane avait parrainé l’adhésion au Félibrige). Il mourut en 1943. Le magnifique santon que lui ont consacré Monsieur et Madame Gilli est la preuve qu’il est toujours présent dans le cœur des Manosquins.

                                                                                                                                                                                                                                               Martin Motte, arrière petit neveu de Louis Denis-Valvérane                                                                                                                                                                                                                                                                   

Traduction en Provençal :

Louvis Danis-Vauverane, pintre prouvençau

Nascu en 1870 dins uno vièio famiho manousquino, Louvis Danis-Vauverane fuguè touto sa vido apassiouna de Manosco emai de la Prouvènço. Dessinaire requist desempièi l’enfanço, estudiè la pinturo à Paris dins lis annado 1890, à l’ataié de Jan-Pau Laurens. Dins la memo pountannado, s’encartè au Felibrige, assouciacioun foundado en 1854 pèr lou grand pouèto Frederi Mistral pèr apara la lengo e la culturo prouvençalo ; devenguè lèu un ami dóu Mèstre e illustrè quauquis-uno de sis obro. Fuguè pièi brevamen estaciounàri i camin de ferre d’Argerìo, païs que sa lus e si coustumo lou pivelèron, pièi tournè à Paris e espausè tre lis annado 1900 au Saloun dis Artisto Francès, que ié baiè en 1925 sa medaio d’argènt. Pintre de la Prouvènço, fuguè sensible tambèn à la lumiero d’Isclo-de-Franço emai à la de Nourmandìo. En mai d’acò, illustrè un fube de libre, faguè d’ilustracioun de modo e de bando dessinado. Publiquè en 1936 Lou Maianen, libre de remembranço à prepaus de Mistral e dóu Felibrige ; se i’afourtis coume un mèstre de la proso prouvençalo. Tre l’envasioun alemando de 1940, se recatè dins soun oustau natau de Manosco, ounte travaiè à sa darriero grando obro, uno tiero de dessin à l’encro e à la pinturo à l’aigo toucant l’istòri de Manosco, aro espausado à la Coumuno (de nouta qu’aquéli dessin fuguèron edita e coumenta en 2009 pèr lou Rode Osco Manosco, assouciacioun culturalo que Danis-Vauverane patrounè soun adesioun au Felibrige). Defuntè en 1943. Es la demoustranço, lou santoun subre-bèu que i’an counsacra Moussu e Madamo Gilli, qu’es toujour presènt dins lou cor di Manousquin.

Martin Motte, rèire-nebout de Louvis Danis-Vauverane

Information complémentaire

Poids 38.00 g
Dimensions 4.06 x 6.30 x 8.19 cm